[RCIP] Reprise d’Activité au sein de la Branche « La crise et l’après »

Publié le 21/07/2020

La CFDT demande l’ouverture d’une négociation spécifique pour répondre aux enjeux suite à la crise sanitaire et formule ses propositions sous forme de déclaration.

« Lors de la dernière réunion de la CPPNI, la CFDT a souhaité que soit abordée au sein de l’instance, au-delà d’un plan de reprise d’activité, la situation de la crise sanitaire et ses impacts, notamment au niveau socio-économique.

« La crise et l’après est pour la CFDT » est un sujet qui mérite de lancer une réflexion à partir des impacts identifiés ou prévisibles, tant pour les entreprises que les salariés de notre secteur, mais aussi plus largement sur les moyens que notre branche peut mobiliser pour contribuer à l’action collective.

Nous revendiquons que cela se traduise dans le dialogue social de branche au profit de tous, mais aussi à destination de ceux auxquels notre branche peut apporter un soutien spécifique au regard de la situation qui s’annonce.

Nous formulons donc un certain nombre de propositions et thématiques, dont nous souhaitons vivement que les partenaires sociaux que nous sommes se saisissent collectivement dans les mois qui vont suivre.

Au préalable, si nous pouvons déjà observer les 1ers impacts financiers de la crise pour notre secteur, la situation de l’activité concurrentielle dans le domaine commercial nous préoccupe également à l’échéance 2021/2022.

Développement de l’emploi en renforçant le dispositif bourse de l’emploi de la branche pour utiliser le vivier d’emplois qu’offrent les entreprises du secteur.

Lancement de la négociation GEPP prioritaire qui doit s’ouvrir sans délai et au plus tard début 2021. Pour mémoire, l’accord GPEC n’a été prorogé par avenant que pour 1 an.

Mise en œuvre d’une négociation en vue d’un accord spécifique sur l’emploi via des groupements d’employeurs ; un accord à durée déterminée et sur une période courte post crise, qui permettrait de partager l’emploi entre entreprises et offrir de l’emploi en régions et, le cas échéant en vue de gérer les stocks constitués pendant la crise ».

Contrat de transition numérique et technologique en s’appropriant les impacts de la pollution numérique qui reste tout de même importante hors déplacements.

Négociation au niveau de la branche d’un accord sur de télétravail intégrant l’option « co-working », cadré via un accord de branche, au-delà des prémices qui figurent dans l’accord QVT.

Mise en place d’un pacte pour les jeunes qui s’appuie sur le développement de l’alternance et le recrutement, y compris au travers des contrats d’apprentissage.

Booster les parcours des jeunes et les compétences avec des orientations majeures à la hauteur des enjeux et qui se déclineraient au travers d’axes principaux.

  • Favoriser l’emploi des jeunes peu diplômés et/ou éloignés de l’emploi.
  • Favoriser l’alternance et la diversité sociale en le développant dans les régions.
  • Développer le tutorat (formation, disponibilité et reconnaissance).
  • Bien identifier les blocs de compétence acquis et à valoriser et ceux à acquérir pour les salariés en poste.

Certains dispositifs peuvent être intégrés dans l’accord formation dont la négociation est en cours et pourraient également constituer un avenant mis en œuvre dès la rentrée.

Elargir les dispositifs concernant l’Emploi des séniors et les opportunités qu’il peuvent offrir.  

Si le dispositif de la retraite progressive matérialisé par un accord de branche signé en 2018 existe, il est très peu connu des salariés, et les employeurs n’y recourent que très peu, voire pas du tout. Il nous faut donc le faire connaitre et convaincre les entreprises des atouts que ce dispositif représente.  

Au-delà, nous demandons la négociation d’un accord relatif à la gestion des âges dans les entreprises de la branche, avant la fin de l’année (cf. agenda social 2020).

L’ensemble des propositions formulées par la CFDT peuvent se traduire dans les accords existants, par voie d’avenant et/ou dans un accord spécifique en lien avec la situation de la crise découlant de la crise sanitaire ».