Lutte contre les violences faites aux femmes : la PSTE se mobilise

Publié le 03/12/2018

Samedi 24 novembre, le collectif Nous Toutes organisait, partout en France, des marches contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes. Le mot d'ordre était simple : "Je marche le 24 novembre pour éradiquer définitivement les violences faites aux femmes".

Figurant parmi les premiers signataires de la pétition, la CFDT avait appelé l'ensemble des militantes et militants à se joindre aux marches organisées près de chez elles et de chez eux. Membres du Bureau Fédéral, Secrétaires Nationales et Nationaux, militant.e.s des syndicats, à Paris ou en régions, les adhérent.e.s de la fédération PSTE ont été nombreuses et nombreux à se mobiliser, à rejoindre les cortèges et à relayer les informations sur les réseaux sociaux à l'aide des hashtag #NousToutes et #JeMarcheLe24.

Elles et ils ont donc, le temps d'une journée, troqué le orange pour le violet : rubans, écharpes, foulards, gants et bonets, chacune et chacun a joué le jeu.

Une femme n'est jamais responsable des violences qu'elle subit

Sur les pancartes, on pouvait, entre autre, lire :"Une femme n'est jamais responsable des violences qu'elle subit". Une évidence qu'il semble pourtant necessaire de rappeler, alors que les stéréotypes sur la responsabilité des victimes, notamment d'agressions sexuelles et de viol, persistent encore dans notre société. Une enquête IPSOS de décembre 2015 révélait ainsi que 14% des français.e.s éstimaient qu'une femme était en partie responsable de son viol si elle avait eu une attitute provoquante en public et ils et elles étaient 26% à considérer qu'une telle attitude était de nature à attenuer la responsabilité de l'agresseur. Alors qu'une plainte pour viol est déposée toutes les 40 minutes en France, il reste essentiel de se mobiliser, d'une part pour faire évoluer les mentalités et les représentations mais également améliorer la prise en charge des victimes. 

Autres sujets majeurs de cette mobilisation, les violences au sein du couple. Ce sont 219 000 femmes qui sont victimes chaque année de violences conjugales selon les chiffres du secrétariat d'état chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes. En 2017, 130 femmes ont été tués par leur conjoint ou leur ex-conjoint. Des chiffres effroyables et qui justifient que l'on poursuive la mobilisation, bien au delà du 24 novembre 2018.

Alors comment faire ?

En commençant par exemple par des choses simples comme :

=> En continuant à suivre le mouvement NousToutes et ses actions sur Facebook 

=> En relayant partout et dès qu'on le peut les informations du site gouvernemental Stop-violences-femmes.gouv.fr, en particulier le numéro vert : Violences Femmes Info - 3919